BETEN INGENIERIE a terminé le développement du projet intégré concernant la gestion efficace des déchets ménagers secs de la ville de Tcherkassy et a présenté ses résultats au grand public

La société BETEN Ingénierie a terminé son travail sur le projet intégré concernant la gestion de la collecte, du traitement, de la valorisation et du stockage des déchets ménagers secs effectué à la demande de la ville de Tcherkassy. C’est le premier projet de ce type effectué en Ukraine. 

Photo : Le Maire de Tcherkassy M. Anatoliy BONDARENKO et le Chef du projet M. Quentin BOULANGER (BETEN Ingénierie)

Initié dans le cadre du programme FASEP et financé par le Ministère de l’Economie et des Finances de la République Française, ce projet a eu comme but l’optimisation des processus de la gestion des déchets ménagers, la diminution de la quantité et de la surface des décharges à Tcherkassy et aux alentours. Il prévoit aussi l’aménagement du site pour le compostage des déchets organiques et  la construction d’une ligne de tri.

Selon les résultats des études effectuées par la société BETEN Ingénierie, chaque année la ville de Tcherkassy produit 98 850 t de déchets ménagers et assimilés, dont 40 % sont des déchets organiques et 23 % – des matières recyclables. A cela s’ajoutent près de 23 000 t de déchets verts provenant des espaces publics.

«Pendant nos études nous avons obtenu la conclusion que dans le futur le coût de la mise en décharge et de lenfouissement des déchets ménagers augmentera – a raconté le chef du projet de la société BETEN Ingénierie Quentin BOULANGER. – Voilà pourquoi nous avons essayé de proposer à la ville une variante la plus raisonnable du point de vue économique ».

D’après Quentin Boulanger, l’introduction des nouvelles technologies permettra diminuer de deux tiers la quantité des déchets mis en décharges.
«
Selon les résultats de nos études nous avons proposé les solutions les plus simples et rationnelles. C’est le compostage des déchets organiques et le tri des éléments valorisables des déchets non-organiques, - a résumé Quentin Boulanger. – En perspective, on peut introduire encore des étapes supplémentaires : production du biogaz et du combustible CSR. »

Photo : Le Président du syndicat « SYVEDAC » M. Olivier PAZ  et  le Premier adjoint du maire de Tcherkassy M. Stanislav OVTCHARENKO

"La ville de Caen a la même nombre de citoyens que la ville de Tcherkassy.  Il y a 60 ans, dans la ville de Caen on ne se servait que de la décharge pour les déchets secs. Il y a 50 ans, grâce à «Syvedak» on a construit l’usine d'incinération des déchets ménagers. Puis, 20 ans plus tard on a ajouté à сes installations une augmentation de la génération de l’énergie thermique.

« De cette façon nous avons commencé à délivrer de la chaleur dans toutes les maisons de la ville de Caen. Il y a un an on a installé encore un nouvel équipement qui permet de produire non seulement la chaleur, mais aussi de l’électricité, - a noté le président du syndicat «Syvedac» Olivier Paz. – Aujourd’hui nous travaillons activement sur la question de la construction des serres de 20 h prévue dans deux ans et ou on utilisera la chaleur produite par l’usine. On y cultivera des tomates et d’autres légumes pour les cantines des écoles de la ville de Caen. Cela permettra aussi de créer environ 120 nouveaux postes de travail. Donc, c’est une expérience que nous désirons partager avec Tcherkassy. Nous éprouvons une sympathie réciproque entre nos municipalités. Nous voulons que la ville de Tcherkassy devienne le leader dans les questions écologiques pour servir un exemple pour les autres villes».     

Le premier adjoint du maire de Tcherkassy Stanislav Ovtcharenko au nom de tous a remercié pour la coopération : « Pendant les années de la collaboration avec la France on a bien travaillé. Nous voudrions remercier la République Française du travail effectué pour la solution du problème des déchets ».  

Le représentant du Service économique de l’Ambassade de la République Française en Ukraine, Frédéric Fatoux, présent à la rencontre, a exprimé la position de la République Française : « Pour nous c’est une priorité politique, économique et sociale liée à l’écologie. Dans le contexte des événements qui se sont passés à Lviv, la question de la modernisation du système de la gestion des déchets est devenue un problème urgent, - il a noté. – Dans ces conditions la communauté internationale se mobilise, différentes organisations sont prêtes à engager le financement des tels projets. La France soutient Tcherkassy et nous voudrions que votre ville devienne un exemple pour toute l’Ukraine ».       

Il a aussi souligné que le problème pris en compte, c’est principalement  la question de l’avenir de nos enfants et de la Terre.

Photo : Mme Angelique VARIN (SYVEDAC), M. Nicolas JOYAU (SYVEDAC), M. Olivier PAZ (SYVEDAC), M. Stanislav OVTCHARENKO (Mairie de Tcherkassy), M. Michel FORGET (BETEN Ingeniérie), M. Frederic FATOUX (Ambassade de France en Ukraine)

Voilà pourquoi dans le cadre du projet on a prévu pour les enfants de la ville un travail d’information et de sensibilisation concernant le traitement rationnel des déchets qui durera 12-18 mois. 

« Les députés de la ville de Caen on prévu pour Tcherkassy un budget de 8 000 euros pour l’organisation des actions d’instruction  et  d’information sur le traitement rationnel des déchets dans les écoles maternelles et secondaires,- a noté Olivier Paz. – En plus, grâce à la coopération avec BETEN Ingénierie et encore une société française «Suez», le syndicat «Syvedac» a réussi de mobiliser pour ce budget 10 000 euros supplémentaires»